Trois types d’acteurs à impliquer dans le FinOps

Quelle que soit la personne endossant le rôle de responsable FinOps, ou son background, la démarche FinOps doit faire l’objet d’une appropriation par l’ensemble des acteurs concernés par la fourniture de services numériques (ou reposant sur l’IT) : les métiers et dirigeants de l’entreprise, les responsables financiers et les équipes IT.

Les équipes finances

Les financiers sont les premiers concernés par le FinOps ; le terme vient d’ailleurs de la contraction “financial operations”. Avec son caractère variable et le paiement à l’usage, le Cloud bouleverse la façon d’appréhender les coûts de l’IT et de suivre l’évolution budgétaire des projets.

Le responsable FinOps peut tout à fait être un contrôleur de gestion (ou plusieurs, constituant une équipe centralisée) qu’on aura pris soin de former :

A lire sur ce sujet :

Les équipes IT

Les architectes Cloud et équipes DevOps sont également concernés au premier chef. Qu’ils en soient conscients ou non, leurs décisions ont un impact direct sur la facture, immédiatement et sur le long terme. Ce sont eux également qui ont une connaissance fine des offres et des subtilités de facturation liées au fournisseur de Cloud utilisé.

La responsabilité de la démarche FinOps peut ainsi incomber au DSI, au CTO ou à une personne investie de leur autorité en la matière. Il faudra en revanche bien distinguer cette personne (ou son équipe) des équipes projets. Le responsable FinOps doit en effet jouer un rôle central difficilement compatible avec la gestion d’un projet. Cette personne devra notamment conduire la gouvernance de la démarche, s’assurer que les règles soient respectées par tous, recueillir les données et avis de toutes les équipes, formuler des recommandations, réserver des ressources pour l’ensemble de l’entreprise…

A lire sur ce sujet :

Les décideurs business

Les responsables métiers et chefs d’entreprise n’ont a priori pas vocation à devenir des responsables FinOps. Ils n’en sont pas moins concernés, car ce sont leurs idées qui devront être mises en musique par les équipes IT, avec les coûts que cela suppose. Ces décideurs ont donc tout intérêt à comprendre les enjeux du Cloud et la façon dont cela fonctionne, pour anticiper les conséquences financières de leurs choix : inclure telle fonctionnalité dans un forfait, déterminer le prix d’une offre, proposer des essais gratuits, etc.

A lire sur ce sujet :